Le 15 janvier 2020
Conseils & préparation

Comment s'hydrater en milieu sauvage ?


Par Marine


Explora Project
Partage cet article

Sans eau potable, l’Homme ne peut survivre que 3 jours voire moins suivant le climat. Indispensable à notre survie, l’eau se révèle être un facteur souvent limitant lors des longues expéditions. 

L’importance de l’eau en expédition

En fonction des milieux traversés, des températures ou encore du type d’effort, nos besoins en eau varient énormément. En temps «normal» notre consommation en eau/jour doit être comprise entre 1,5 et 3 litres en fonction de notre gabarit. Dans des conditions extrêmes (en plein désert par exemple), la quantité d’eau dont nous avons besoin peut tripler voire quadrupler ! Si nous pouvons survivre plus de 3 semaines sans manger, l'eau est primordiale dès le premier jour d'expédition. 

Comment évaluer la potabilité de l’eau ? 

Voici 4 critères simples pour vous aider à savoir si l’eau peut être bue. À noter que ces critères ne sont pas à 100% fiables mais permettent de faire un premier bilan :

  1. L’absence de source de pollution en amont, avec entre autres, la présence d’animaux
  2. L’absence d’algues et de mousse
  3. La fraîcheur de l’eau (l’eau stagnante ou en mouvement)
  4. L’oxygénation de l’eau (dépend de l’environnement et du climat notamment)

Le résultat d’une eau potable est souvent une eau fraîche, claire, sans odeur et sans goût.
L’eau en milieu naturel est exposée à de nombreux protozoaires (très présents dans l’eau de surface) bactéries (se propagent rapidement dans un environnement chaud) et virus (se trouvent à proximité des zones peuplées ou proches des animaux).
Ne vous y trompez pas, une eau parfaitement cristalline n’est pas automatiquement propre à la consommation ! Les bactéries se développent dans tous les types de sources d’eau. Il est important de définir d’où vient l’eau et dans quel milieu. Par exemple, si la source d’eau est au milieu d’animaux (comme en montagne), il est très probable que l’eau soit contaminée par des virus propagés directement par les animaux dans l’eau (carcasses d’animaux, excréments…). Les virus peuvent survivre seuls dans l'eau jusqu'à trouver un « hôte » (vous !) pour les accueillir. 

La filtration de l’eau 

Les filtres à eau sont alors la solution la plus pratique et l'une des plus fiables pour supprimer les éléments néfastes pour la santé. Adaptés à toutes vos aventures, en expédition, en trek, en voyage seul ou à plusieurs, les filtres à eau se rangent facilement dans votre sac à dos et permettent d’avoir une eau saine sans effort. 

Il existe plusieurs types de filtre :
  • Filtre avec pompe (système de passoire)
  • Par gravité ( l’eau descend du haut passe par le filtre pour finir pure plus bas)
  • Les gourdes dotées d’un filtre et les pailles ( pour boire directement à la source !)
  • Chimique ( sous forme de comprimés ou poudre). 

En expédition, les gourdes avec filtres intégrés ou les pailles sont les solutions les plus simples pour boire une eau pure partout dans le monde et dans tous les environnements.
L’avantage évident de la méthode de filtration est sa rapidité. En effet, l’eau est consommable immédiatement après le filtrage. Les bactéries et les parasites présents, assez volumineux, sont stoppés par des membranes à 99%. Dans un milieu sauvage et reculé, cette technique de purification de l’eau est la plus efficace. 

Cependant, l’un des inconvénients du filtrage est son débit limité :  1 litre tous les 2 à 4 minutes environ. Il est nécessaire de laver régulièrement le filtre pour que les pores ne se bouchent pas surtout quand l'eau filtrée n’est pas claire. 

Je n’ai pas de matériel de filtration, comment faire ?

La technique de la décantation : faire reposer l’eau dans un récipient pour que les dépôts et les débris viennent se poser au fond. Il vous suffit de récupérer la couche supérieure de l’eau. 

Filtre improvisé : prendre un tissu (ou une chaussette !) et disposé le dans une bouteille (ou une écorce d’arbres par exemple). Cela constitue un filtre efficace mais rustique ! Pour une meilleure efficacité, vous pouvez placer des herbes sèches ou du charbon de bois au milieu du tissu. Ensuite, il vous suffit de surélever le tissu pour laisser goutter dans le récipient ! 

L’ébullition : après avoir filtré l’eau dans votre tissu, si vous le pouvez, faite la bouillir pendant 10 min pour la purifier. 

Lire plus d’articles