Le 21 octobre 2020
Conseils & préparation

Comment voyager "sans laisser de traces" ? 7 principes à connaître ABSOLUMENT !


Par Camille



Explora Project
Partage cet article


Et toi, tu jettes ton trognon de pomme dans la nature?

Que celui qui n’a jamais jeté son trognon de pomme en pleine nature ou ramassé une magnifique pierre sur son chemin lève la main !
S’approcher de la faune pour mieux l’observer, faire un détour du sentier pour éviter une flaque de boue ou cacher ses coquilles d’oeuf sous une pierre sont autant de pratiques qui paraissent inoffensives à première vue.

Pourtant, ces pratiques, multipliées par la répétition incessante du passage de centaines d’aventuriers et d’aventurières, ont un impact négatif direct sur la faune et la flore.
Par le passage de milliers de personnes qui laissent, ne serait-ce qu’une minime trace de leur excursion, la nature est chamboulée. Que ce soit un chevreuil qui attend chaque jour les trognons de pommes des randonneurs pour se nourrir et qui n’apprend plus à chercher par lui-même sa nourriture, ou les rivières qui se trouvent dénudés de leur pierres au profit de centaines d'empilement de pierres.

Pour réduire l’impact humain sur l’environnement et pour continuer à profiter des merveilles naturelles partout autour de la planète, apprenons à changer nos habitudes.
Pour nous aider dans cet effort, il existe les sept principes du SANS TRACE. 
Développés aux USA dans les années 70 afin de protéger les parcs nationaux qui commençaient à être de plus en plus visités, les principes du Sans Trace ont donné une ligne de conduite et des pistes de réflexion aux randonneurs pour explorer la nature, tout en la protégeant. Le Canada a également vite suivi le pas, et ces deux pays sont aujourd’hui les précurseurs d’une ligne de conduite dont chaque randonneur se fait l’écho.

Ensemble, ces principes permettent d’apprendre à mieux gérer nos déchets, nos déplacements et nos activités. Ils invitent également à réfléchir à nos actions et à se demander “pourquoi il n’est pas bon de jeter son trognon de pomme dans la nature”. 
Les 7 principes du Sans Trace:

  1. Préparez-vous et prévoyez
  2. Utilisez les surfaces durables
  3. Gérez correctement les déchets
  4. Laissez intact ce que vous trouvez
  5. Minimisez l'impact des feux
  6. Respectez la vie sauvage
  7. Respectez les autres usagers

 
1. PRÉPAREZ-VOUS ET PRÉVOYEZ

Connaissez la réglementation en vigueur et les particularités de la région que vous souhaitez visiter. Préparez-vous à faire face à toute éventualité : intempéries, urgences, etc.
Planifiez votre excursion en période de faible fréquentation.
Explorez en petits groupes formés de 4 à 6 personnes.
Réduisez l’emballage des provisions afin de minimiser les déchets.
Utilisez cartes et boussole afin d’éliminer l’utilisation de cairns, de rubans et autres marques de peinture qui dégradent le milieu naturel.

2. UTILISEZ LES SURFACES DURABLES
 
Utilisez au maximum les sentiers et les sites de camping déjà reconnus. Privilégiez les dalles rocheuses, le gravier, l’herbe sèche et la neige.
Protégez les espaces près des cours d’eau ; campez à plus de 70 mètres des lacs et des rivières.
Un bon site de camping se trouve, il ne se fabrique pas. Modifier un site n’est pas nécessaire, adaptez-vous au milieu.

Dans les zones fréquentées :
Concentrez votre activité sur les sentiers et les sites de camping reconnus.
Marchez en file indienne au milieu du sentier, même s’il est boueux, mouillé et glissant.
Veillez à ne pas étendre votre campement. Concentrez votre activité là où la végétation est absente.

Dans les zones vierges :
Dispersez-vous afin d’éviter de créer de nouveaux emplacements de camping ou de nouveaux sentiers.
Évitez les endroits ayant subi un impact récent afin de permettre au milieu de se régénérer.

3. GÉREZ CORRECTEMENT LES DÉCHETS

Rapportez tout déchet
, reste de nourriture ou détritus. Avant de repartir, inspectez les lieux de halte et de camping pour ne laisser aucun déchet ou reste de nourriture. Ramassez même les détritus qui ne sont pas les vôtres. Utilisez les toilettes lorsqu'elles sont à proximité, autant pour l'urine que pour les excréments.

Lorsqu’il n’y a pas de toilettes à proximité :
Urinez sur des surfaces minérales
afin d'éviter que les animaux attirés par le sel n'endommagent la végétation.
Déposez vos excréments dans des trous profonds de 15 à 20 cm creusés dans le sol. Remplissez soigneusement le trou après avoir terminé. Rapportez dans vos déchets, le papier de toilette utilisé (ou brûlez le sur place avec un briquet) ainsi que les produits d'hygiène. Pour le nettoyage et la vaisselle, utilisez les infrastructures existantes lorsqu'elles sont disponibles. Si elle ne le sont pas, éloignez-vous de tout ruisseau ou lac et utilisez une quantité minimale de savon biodégradable. Répandez l'eau sale que vous aurez préalablement filtrée. Récupérez les résidus solides pour vos déchets.

4. LAISSEZ INTACT CE QUE VOUS TROUVEZ

Préservez notre héritage : ne touchez pas aux objets historiques et culturels, observez-les.
Laissez les pierres, plantes et tout objet naturel tel que vous les avez trouvés.
Évitez de transporter ou d’introduire des espèces indigènes.
La construction de structure ou de mobilier est à proscrire. Ne creusez pas de tranchées.

5. MINIMISEZ L'IMPACT DU FEU

Les feux de camp ont un impact irrémédiable sur le paysage. Emportez un réchaud de petite taille et optez pour une lanterne à bougie pour vous éclairer.
Là où les feux sont autorisés, utilisez les emplacements qui ont déjà servi, des tôles à feu ou des remblais de terre.
Faites des feux de petite taille en utilisant uniquement du bois mort ramassé au sol et pouvant être brisé à la main. NB : Le bois vert ne brûle pas!!
Réduisez tout le bois et les braises en cendres. Éteignez chaque feu complètement et dispersez les cendres refroidies.
Respectez les interdictions de feu en période estivale.

6. RESPECTEZ LES AUTRES USAGERS

Soyez respectueux des autres visiteurs et soucieux de la qualité de leur expérience.
Soyez courtois. Laissez le passage aux autres sur le sentier.
Quittez le sentier et postez-vous aux abords de celui-ci lors du passage de randonneurs à cheval.
Faites halte et campez loin de tout sentier et des autres usagers.
Évitez de parler fort et de faire du bruit ; soyez attentif aux sons de la nature.

7. RESPECTEZ LA VIE SAUVAGE

Observez la faune à distance. Ne suivez pas et n’approchez pas les animaux sauvages.
Ne donnez jamais de nourriture aux animaux sauvages. Ceci peut nuire à leur santé, altérer leur comportement, les exposer à des prédateurs et à d’autres dangers.
Protégez la faune et votre nourriture en déposant vos rations et vos déchets dans un endroit sûr.
Soyez maître de vos animaux domestiques ou laissez-les à la maison.
Évitez de déranger la faune durant les périodes délicates de reproduction, de nidification, lors de la croissance des petits ou encore pendant l’hiver.

POURQUOI NE PAS JETER DANS LA NATURE MON TROGNON DE POMME OU MA PEAU DE BANANE ?
Bien qu’un trognon de pomme ou une peau de banane soit biodégradable (4 mois pour le premier, et 8 mois pour le deuxième), il est préférable d’éviter de les jeter en pleine nature. SURTOUT sur les sentiers où il y a beaucoup de passages de randonneurs et où la faune est très présente.

POURQUOI ?
Car dites-vous que si vous le faites, c’est qu’il y a certainement d’autres randonneurs qui le font également. Si par exemple, 20 randonneurs jettent leur trognons de pommes tous les jours, pendant 3 mois, les animaux vont s’habituer à trouver des trognons proche des sentiers. Ils vont donc s’approcher de plus en plus des sentiers pour trouver cette nourriture et cette habitude peut modifier leur comportement, notamment car ils ne feront plus l’effort de chercher de la nourriture par eux-mêmes.
Pourquoi chercher de la nourriture quand elle est servie directement sur un plateau ?

Sur le long terme, les animaux sauvages deviendront de moins en moins sauvages, s’approchant toujours plus de l‘humain pour trouver de la nourriture, et si du jour au lendemain nous ne fréquentons plus ce fameux sentier, l’animal aura perdu son instinct de survie. Bien sûr, il s’agit de faire preuve de bon sens, et de se demander pourquoi on fait les choses. Dans des zones où l’humain est rarement présent, un trognon de pomme fera sûrement le bonheur d’un bouquetin ou d’un chamois, et lui permettra même peut-être de retrouver des forces dans sa quête de nourriture.

Suggestions d'expéditions

Lire plus d’articles